Bataille de GERGOVIE - 52 Av J.C. Saynète Figurines 54mm

Publié le 28 Février 2013

 

 TRECH vue generale

 

 

 

" Trec'h ! "...

...Ce mot signifie "Victoire ! " en breton...une des dernières langues celtes parlées en Europe actuellement. On peux penser raisonnablement que le mot crié vers les romains par ces belliqueux guerriers gaulois du haut de la colline de Gergovie était fort semblable et guttural ("Trerrrrrrr ! " par exemple ?).

 

Le contexte historique :
Oppidum de Gergovie (près de l'actuelle ville de Clermont-Ferrand, Auvergne), fin du Printemps ou début d'été 52 avant J-C (je sais, ça ne nous rajeunit pas !!).

Les Romains contrôlent déjà au milieu du 1er siècle avant notre ère une grande partie de la Gaule au Sud-Est du Rhône, de la méditerranée jusqu'à l'actuel Dauphiné (la "Provincia", qui donnera son nom à la Provence actuelle).

 
De 58 à 54 avant J-C, ils interviennent en Gaule dite "chevelue" à la demande du peuple Eduen (capitale "Bibracte", près d'Autun), un puissant peuple gaulois qui a des accords de commerce avec Rome et se sent menacé par une poussée des Helvètes venus de l'actuelle suisse.

 
Profitant de cette demande d'intervention, Jules César en profite pour étendre son influence sur le reste de la Gaule. Une fois les helvètes repoussés, il va combattre une fédération de tribus celtes belges (un territoire à cheval entre la Belgique et la Champage-Ardennes) puis se retourne contre les Vénètes en Bretagne.

Alors que sa conquête parait presque accomplie en - 53 avant J-C, César doit soudain faire face à une puissante alliance des peuples gaulois, enfin réunie sous la conduite d'un jeune chef noble arverne, le célebrissime Vercingétorix.

 
D'abord vaincus à Avaricum (Bourges), les gaulois incendient les réserves de la ville, se rassemblent et se replient vers l'Auvergne et Gergovie, en évitant soigneusement toute bataille rangée qui jouerait en leur défaveur.

 
Profitant de la faiblesse temporaire de César dont une partie des forces se bat plus au nord contre les Parisii (les futurs parisiens !!) et les Sénons (nord de la Bourgogne), les gaulois massés à Gergovie résistent victorieusement aux six légions (30.000 hommes) présentes devant l'Oppidum (forteresse gauloise), la défection des cavaliers Eduens affaiblissant un peu plus César au cours de la bataille.

 
Ce dernier quitte alors l'Auvergne et repart vers l'Est. Après la reconnaissance de Vercingétorix comme chef suprême des gaulois à Bibracte, viendra le moment de la funeste bataille d'Alésia, suite fatale d'erreurs stratégiques gauloises.
Nous n'avons pas la place dans ce blogg pour développer tous les aspects de la bataille. Aussi nous renvoyons-vous vers les excellents sites cités en fin d'article.

 


Les pièces présentées:
Deux splendides figurines en "white metal" (nom politiquement correct de ce qui était auparavant du plomb, alliage plus chargé en étain maintenant).
Echelle 54mm (approximativement du 1/ 32).

 

CSC 0363 (2)

 
Le chef gaulois avec le bouclier rouge provient de chez Andrea (Espagne), l'autre guerrier à la lance venant de la défunte marque coréenne Seil Models.

 

La préparation:
Les deux figurines sont superbement gravées et bénéficient d'une fonderie de production impeccable ne nécessitant que peu d'ébarbage avant mise en peinture.

 
Comme pour une maquette, une figurine nécessite effectivement toujours un travail plus ou moins important de préparation et d'ébarbage, en fonction bien sur de la qualité d'origine.

 
Mais d'entrée, disons que si vous "attaquez" par exemple une pièce Andrea (Espagne), Seil (Corée du Sud), Pegaso (Italie), Metal Modèles (France) ou M Model (Pologne), ca n'en sera que plus facile (il y a d'autres excellentes marques, qu'elles me pardonnent de ne pas les nommer !).

La préparation consiste à enlever les éventuels petits (ou gros) défauts de moulage, tels que:

  • lignes de joints (inévitables quand la fonderie est faite avec un moule en deux parties)
  • éventuels trous et manques de matières (surtout avec la résine, plus rares avec le métal car dùs à des bulles d'air mal évacuées lors de la coulée)
  • excès de matières, notamment dans des zones en retrait, ce qu'on appelle les zones de contre-dépouille; exemple : sous les bras, dans des plis de vétements proches les uns des autres, etc...

La préparation s'effectue délicatement avec un cutter multi-lame, des petites limes permettant d'accéder à des zones difficiles d'accès, du papiers de verre de grains 600 à 1000, de la laine d'acier 000. Il faut agir minutieusement afin de préserver la gravure d'origine autant que possible.

 

Une fois le travail effectué, on peut dégraisser la figurine avant peinture pour enlever tout résidu éventuel d'agent de démoulage qui empecherait la peinture de bien adhérer.

 

La peinture à l'huile :
1/ Nous apposons toujours une base en peinture enamel Humbroll de teinte neutre ocre ou gris clair (H 63 par exemple).

 
2/ Ensuite, des bases colorées Humbroll sont apposées de manière déjà assez précise. Pour un pantalon (braies) rouge, nous appliquons un rouge Humbroll un peu plus clair que le rouge prévu au final à l'huile.

 
3/ Ces bases bien séches (48h00 minimum), le travail à l'huile peut commencer, en prenant soin : a/ de faire dégorger un peu sa peinture (30 minutes) sur un support cartonné et non pas de l'utiliser sortie du tube gorgée d'huile, B/ de toujours faire des mélanges de teintes afin de "casser" la brillance d'une couleur sortie de tube. Ex: pour le rouge du pantalon du chef gaulois, nous avons mixé les peintures à l'huile suivantes: Rouge Permanent, Terre de Sienne Brulée, rouge Alizarine, une pointe de Terre d'Ombre Brulée.

 
Même si une teinte parait bonne dès le tube, "cassez" là toujours pour éviter que la figurine ne reste brillante pour toujours...même si le vernis mat peut-être une alternative !!

L'intérêt de la peinture à l'huile réside dans sa facilité à réaliser des "fondus" entre deux teintes, notamment pour la réalisation des ombrages et éclaircies, qu'il s'agisse des parties chair ou des tissus. L'apparition des peintures acrylique n'a pas fait disparaitre l'huile, loin de là, cette "nouvelle" peinture n'étant pas forcément non plus à la portée de tous contrairement aux apparences.

 
Mais pour que les dits-fondus soient bien réalisés, il faut procéder calmement, par petites zones, en tenant toujours sa figurine tête en haut afin que la lumière de l'atelier mette les ombres et lumières en valeur dans les bonnes positions. Les pinceaux doivent obligatoirement être de haute qualité, en poil de martre, ce qui malheureusement a un prix !!
L'ordre de travail est : 1/ couche de base (par exemple, le rouge décrit çi-dessus), 2/ ombrages (couche de base+teinte plus sombre (TSB par exemple) pour les creux et ombres), 3/ éclaircies (teinte de base additionnée de blanc de titane ou de toute autre teinte permettant d'aclaircir la "base").

Pour une figurine en 54 mm simple comme ces deux personnages (il est vrai que je n'ai pas tenté la représentation de tissus à motifs complexes, manquant d'expérience à ce niveau); il faut compter environ 3/4 d'heure de préparation et d'ébarbage en moyenne, et 20 à 30 heures de peinture, certains "génies" réussisant par expérience à finaliser une pièce simple en dix heures.

TRECH face 2

 

TRECH profil droit arrTRECH profil gauche

 

Enfin, la peinture des aciers fut réalisée de la manière suivante : 

  • fers des lances, épées et umbo de boucliers (mélange de teinte Humbroll à polir)
  • bronze du casque (Bronze Prince August acrylique, excellente teinte).
  • or des bijous de bras et torques ("bright Brass" de Model Master).

Les bijous "en or" sont en scratch, le torque ayant notamment été oublié par Andrea sur la figurine du chef.

 

Cet article étant déjà fort long, je ne m'étend pas sur le décor, posé sur un socle simple en ébenisterie.

Les sites à consulter : Wikipédia bien sur, mais aussi www.gergovie.arafa.fr (merci pour leurs précisions saisonnières récentes), ou www.gergovie.net
Les livres à consulter :

  • Osprey collection "Men-at-Arms" : Rome'sennemies (2) Gallic and british Celts (Grande-Bretagne)
  • Les Costumes et les Armes des Soldats de tous les Temps, Ed. Casterman par Lilian et Fred Funcken (Belgique)
  • Nos ancêtres les Gaulois, Ed. Ouest-France, par Renée Grimaud
  • L'Europe des Celtes, Ed. Découvertes Gallimard, par Christiane Eluère, conservateur en chef des Musées Nationaux.
  •  

 JLM

Rédigé par scalefighters PO et JLM

Publié dans #Figurines

Repost 0
Commenter cet article

serrurier 29/01/2015 23:12

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

scalefighers 30/01/2015 07:10

Merci mais je ne vois pas le lien

Cordialement